La Bâthie

L’on peut toujours voir au hameau de St Didier la ruine du clocher de l’église primitive. Après 18 années d’atermoiements, les édiles décidèrent de bâtir en 1861 une église à Gubigny, devenu le chef-lieu. Ce sera, selon le vœu du roi Charles-Félix, un édifice néo-classique : trois nefs parallèles sans transept, percées de fenêtres en demi-lune pour éclairer  sa voûte où des moulures en trompe l’œil s’ouvrent sur un ciel d’azur ponctué de bouquets raffinés. Parlons aussi du vitrail nord du chœur qui magnifie le labeur, avec un tracteur, un métallurgiste et un maçon, dans le style concret des années 50. Mais La Bâthie, c’est aussi un réseau de chapelles votives dont la plus typique est celle de Biorges, avec sa colonnade de balustres fuselés enchâssée sous le porche, comme pour relier le sacré au profane.